Gaspard Maîtrepierre

Puisant dans un vaste répertoire de mythes et de théories se rapportant aux origines de l’Humanité, Gaspard Maîtrepierre compose un bestiaire où des rois mayas côtoient d’étranges dieux reptiliens, où des prisonniers de Guantanamo forment une ronde de pantins et où des animaux mi-dieux mi-machines portent des masques de peinture solidifiée.

Dans ces œuvres où se mélangent légende et science-fiction, la matière picturale, tantôt lisse, tantôt maltraitée, couchée sur des objets trouvés tels que des portes, des tables ou encore des planches de contreplaqué, contribue à l’émergence d’une forme de primitivisme urbain et futuriste.

Gaspard Maîtrepierre est représenté par l’Inlassable Galerie.